Olivier Werner

Olivier Werner a suivi sa formation d’acteur et de metteur en scène à l’ENSATT (1988/90), au TNS (1991/92) et à l’Institut Nomade de la Mise en scène (1999).
Après avoir été reçu comme comédien au Conservatoire (CNSAD) et à l’école du TNS, il décide de renoncer à l’une et l’autre école pour accepter la proposition de jouer Hippolyte dans Phèdre (Racine) mis en scène par Jean-Marie Villégier. Suivront plusieurs spectacles de répertoire, des lectures au Musée du Louvre et un troisième cycle de formation au TNS sous la direction de ce dernier.

Par la suite, on le retrouve comme acteur dans des mises en scènes de Gérard Vernay, Lluis Pasqual, Jean-Marie Villégier, Christian Rist, Marc Zammit, etc.
Il fonde l’ANNEAU en 1996, sa première compagnie théâtrale avec laquelle il monte Pelléas et Mélisande (Maurice Maeterlinck), son premier spectacle. Suivront trois autres spectacles de compagnie: Les Revenants (Ibsen), Les perses (Eschyle), Les hommes dégringolés (Christophe Huysman, création collective) et une commande de l’Orchestre de Paris, Béatrice et Bénedict (opéra – concert d’Hector Berlioz).

Parallèlement à son parcours de metteur en scène, il continue de jouer sous la direction de Claudia Morin, Adel Hakim, Urszula Mikos, Simon Eine, Richard Brunel, René Loyon, etc.

La Comédie de Valence lui commande alors la mise-en-scène de Rien d’humain (Marie N’diaye). En 2007, Christophe Perton lui fait la proposition de rejoindre la troupe du CDN de Valence en tant qu’acteur et metteur-en-scène associé. Théâtre sous le label duquel il monte quatre spectacles : Par les villages (Peter Handke), Saint Elvis (Serge Valletti), une nouvelle mise-en-scène de Rien d’humain (Marie Ndiaye) et Mon conte Kabyle (Marie Lounici). Dans le cadre de sa permanence artistique, il joue sous la direction de Christophe Perton, Yann-Joel Colin, et aussi dans certains de ses spectacles.

Sa permanence achevée, il continue de jouer sous la direction de Jorge Lavelli et Daniel Janneteau. Il participe à deux lectures au Festival de la Mousson d’été.
En 2010, il joue dans La folie d’Héraclès (Euripide) mis en scène par Christophe Perton (Comédie Française-Théâtre du vieux colombier).
Au cours de son parcours, il dirige des stages de formation comme intervenant pour des CDN (Reims, Angers, Valence), pour des écoles de théâtre (HETSR de Lausanne, Conservatoire de Montpellier), également pour un public scolaire et universitaire (Lorient, Valence), pour un centre de réinsertion (Bondy) et pour le milieu pénitentiaire (Fleury-Mérogis, Valence).

En 2011, il met en scène Occupe-toi du bébé (Dennis Kelly) pour le CDR de Vire (coproduction Théâtre National de la Colline et tournée nationale).
La même année, on peut le voir comme acteur dans Spécimens humains avec Monstres (Alice Zeniter) et Trio (Boguslav Shaeffer) mis en scène par Urszula Mikos, Pionniers à Ingolstad (Marieluise Fleisser) mis en scène par Yves Beaunesne .

En 2012, il crée FORAGE, sa nouvelle compagnie.
Le premier spectacle qu’il signe avec cette nouvelle structure indépendante est After the end (de Dennis Kelly), suivi de La pensée (de Leonid Andreïev), spectacle où il est seul en scène (Théâtre Gérard Philipe, Saint Denis en janvier/février 2014 et Théâtre de Poche, Bruxelles en février/mars 2015).

En 2013, il joue dans La Femme gauchère (Peter Handke) mis en scène par Christophe Perton (Théâtre du Rond-Point, Paris) et Les serments indiscrets (Marivaux) mis en scène par Christophe Rauck, metteur en scène qu’il rejoint sur la création de Phèdre (Racine) en 2014.

En 2015, il met en scène Le vieux juif blonde (Amanda Sthers) (création au Pulloff Théâtres de Lausanne, à la Sacoche à Sierre et au Petithéâtre de Sion).

Dès Février 2016, Olivier Werner joue le rôle de Tom dans La Ménagerie de Verre (Tennessee Williams), mis en scène par Daniel Jeanneteau (Théâtre national de la Colline, Paris). Il joue La pensée au Festival off d'Avignon.  On le retrouve en Novembre dans Show room Nouveau drame (Suzanne Joubert), qu'il co-met en scène et qu'il joueavec Mali van Valenberg. (Petithéâtre de Sion, Pulloff-théâtre de Lausanne.

Au printemps  2017, il part en tournée avec La ménagerie de verre, Tourne son seul en scène  La pensée (tournée CCAS), puis met en scène Semelle au vent (de Mali Van valenberg), spectacle jeune public qu'il coproduit et tourne dans six théâtres de Suisse romande.

Il travaille actuellement sur deux mises en voix pour Théâtre Ouvert ( La mer est ma nation de Hala Moughanie et La guerre au balcon de Huda Abdelrahman).

On pourra le voir jouer prochainement dans les spectacles suivants: La pensée (spectacle en tournée en France), La fusillade sur une plage d'Allemagne (de Simon Diard) mis en scène par Marc Lainé (Théâtre Ouvert - Théâtre National de Strasbourg) et La ménagerie de verre (Tournée en France et en Suisse)